Jazz ou pop?

Publié le par MuLes

 
Stephane Grappelli trio - Blue Moon (Richard Rodgers & Lorenz Hart) live in Australia 1990 
 
 

Contradiction quand tu nous tiens !

J'avoue suivre l'évolution les classements des meilleurs ventes de musique (en téléchargement et en CD) ; être ravie d'y voir régulièrement Benjamin Siksou et déçue de ne pas y voir si souvent que ça Gush.

En même temps, j'ai l'habitude de dire que je n'aime pas ce qui est populaire ; ce qui se vend le mieux n'est pas pour me plaire (et réciproquement?!)... Certains des artistes et des titres en tête des charts me révoltent même quelques fois... Et j'aimerais y voir plus souvent des titres ou des albums Jazz.

 

Quelques rares fois, cependant, on retrouve parmi les meilleures ventes des artistes  estampillés Jazz ou des reprises de jazz... Oui, mais voilà est-ce du Jazz? Les puristes du Jazz ne se reconnaissent pas dans ces artistes populaires et les désavouent, décrochant l'étiquette pour mieux les ignorer.

  

 
Stacey Kent - La Venus de Melo live (composé par Bernie Beaupère, Emilie Satt :-), Jean-Karl Lucas)

 

Mais le Jazz, qu'est ce que c'est ?

Une musique aux racines bien plus profondes que celle du coton que ramassaient les ancêtres des premiers jazzmen, genre descendant des négro-spirituals, du gospel et du blues. D'après le Petit Robert, c'est un "genre musical propre (à l’origine) aux Noirs des Etats-Unis, caractérisé notamment par un très large recours à l’improvisation et une manière particulière de traiter le temps musical."

C'est une musique au tempo syncopé, au rythme particulier, rempli de swing. Le Jazz laisse  beaucoup de place à la liberté... mais il a aussi des codes.

Le Jazz laisse une libre part aux improvisations et aux solos d'instruments...

Les instruments justement, ils sont "relativement" caractériques mais pas exclusifs et souvent détournés : les cuivres (saxophone, trompette...), la (ou plutôt "des") batterie(s), la contrebasse avec les cordes pincées uniquement, la clarinette, le piano, quelques fois la guitare, le violon et... la voix.

Les formations musicales Jazz peuvent être très différentes : ça va du Big band au duo en passant par les trio, quartet, quintet...

 

C'est un cousin du Rythm'blues, c'est l'histoire des afro-américains.

 

Miles Davis and John Coltrane - So what live 1965

 

 

Certains jazzophiles (ou presque)  se sont fabriqués une échelle de valeur du Jazz allant des artistes "populaires" au Jazz "comtemporain" difficilement accessible que "les puristes" critiquent aussi. Ces derniers n'ayant d'yeux que le jazz traditionnel ! (généralement)

 

Est-ce pour cette raison que So in love, l'album d'André Manoukian est "rangé" dans la Pop sur iTunes et deezer, et non dans le Jazz?

 

Et doit-on se féliciter de son succès? Et de la réussite populaire d'artistes dit Jazz comme Stacey Kent, Melody GardotNorah Jones tout comme de celle de Jamie Cullum ou de Michael Bublé ? Sur leurs derniers albums, Bublé et Jones se sont cependant très éloignés du Jazz...

Certains considèrent ces chanteurs de Jazz à la mode et populaires comme des aberrations et jugent la musique qu'ils  proposent avec sévérité, le considérant comme du Jazz vulgarisé ou simplifié utilisant péjorativement l'analogie avec la vulgarisation scientifique...

 

 

The Dave Brubeck quartet - Take five (Paul Desmond) live 1966

 

 

Un Jazz accessible à tous !? Des crooners? Des divas de pacotille? ou de la pop?

La Pop, c'est pour populaire, la soupe populaire dirait-on. On y range volontier tout et n'importe quoi, et le terme a quelque chose d'insultant dans certaines bouches. Et ce qui populaire, que ça soit rock à l'origine, soul ou je-ne-sais-quoi, devient forcément pop...

Souvenez-vous ! C'était notamment l'objet du débat entre China Moses, Manoukian, Benjamin et Ali Badou lors de leur dernier passage au Grand Journal de Canal+. Ali Badou parlait du Jazz comme quelque chose de démodé, Manoukian lui rétorquait que non, il y avait Norah Jones, Melody Gardot... Benjamin parlait de Jazz brut et de James Chance. China rappelait que dans les années 50, le Jazz était la  Pop d'aujourd'hui. 

 

Oui, mais voilà, il y a un gouffre premièrement entre Jazz vocal et Jazz instrumental et d'autre part, à l'intérieur de ses « styles » de Jazz, il y a aussi des différences qui font l'accessibilité ou non à cette musique !

Comment comparer Michael Buble qui est maintenant rangé dans la pop (à cause de sa popularité ou des consonances musicales du crooner?) et James Chance?

Et que faire de Caravan de Duke Ellington et de un morceau de Plaistow par exemple (vidéo) ?

Combien d'années lumières séparent Madeleine Peyroux et Nina Simone?

Il y a aussi une distance entre les créateurs et les re-preneurs... Même si effectivement la reprise est l'apanage du jazzman. Et l'intérêt de la reprise tient à une condition : que celle-ci apporte de la nouveauté. (vous me suivez?)

Alors accessible ou pas accessible, populaire or not? Le jazz d'aujourd'hui !

 

 

Michael Buble - Call me irresponsible live (reprise d'un titre popularisé par Sinatra, écrit par Jimmy Van Heusen & Sammy Cahn)

 

 

James Chance and the Contortions Live@La Maroquinerie (février 2010)

Une autre vidéo du même concert avec un peu de sax cette fois-ci : http://www.youtube.com/watch?v=2Y3FRrWe8jc&feature=related

 

 

Oscar Peterson - Caravan live (reprise de Duke Ellington, écrite par Juan Tizol)

 

 

Plaistow - Sudaluce live

 

 

Un jour, j'ai lu un commentaire sur une vidéo d'un concert de Melody Gardot, la personne exprimait tout son amour pour la musique de Gardot et la grande appréciation de son concert mais avouait aussi qu'elle n'avait pas aimé la première partie car elle n'aimait pas le Jazz!?! (c'était un concert parisien à l'automne dernier et José James était en première partie)

Dans quel genre plaçait-elle la musique de Melody Gardot ? Il y a effectivement beaucoup de blues et quelques fois de la Bossa-nova dans ses compositions, mais quasiment tout le monde pourra s'accorder sur le fait que les chansons de Melody Gardot répondent aux codes du Jazz.

Le commun des mortels ne se reconnait-il pas dans le Jazz?

 

 

Melody Gardot - Who will comfort me @Abbey Road

(Le saxo est toujours aussi mignon! ;-))

 

A noter qu'aujourd'hui, ceux qui font le succès d'un certain type de Jazz vocal (le plus populaire) sont blancs ! Les plus jeunes en tout cas. Dee Dee Bridgewater, Molly Johnston et consorts (ou consoeurs) ne sont plus des découvertes, puiselles ne composent pas, elles reprennent... pour la plupart.

C'est symptomatique d'une fracture générationnelle. Le Jazz est considéré (à tort) comme  une musique d'ascenseur, une musique de vieux ou d'intellectuels démodés (Ali Badou?) ! . Des jeunes artistes se le sont ré-appropriés et les clients mélomanes ont suivi. Mais le Jazz à papa ne fait plus vraiment vendre !

Adieu Nina, Ella, Billie, Louis, Charlie, Thelonious, John, Duke et les autres! Snif !

Mais le Jazz, c'est aussi une musique de métissage (et les métissages donnent ce qu'il y a de plus beau), il s'est enrichi du blues, de la musique latine ou de la musique manouche, du hip-hop... Heureusement car l'enfermement dans un certain type de Jazz "traditionnel" n'aide pas à sa circulation et à sa popularité. Il faut reconnaître que le jazz casse et transgresse les barrières et les codes qui paraissent si objectifs.  

Il y a déjà longtemps, dans le jazz, s'opposaient différentes factions : New Orleans, Côte Est, Côte Ouest... Ces différentes routes se sont finalement pour enrichir le Jazz, le Nu-Jazz en est un exemple... Le débat n'est pas nouveau et continue pourtant d'enflammer les passionnés et notamment les festivaliers mettant souvent en avant un certain snobisme de riqueur (allié avec un chapeau "feutre").

 

 

Jamie Cullum - Don't stop the music (reprise de Rihanna, Mikkel Storleer Eriksen, Tor Erik Hermansen, Tawanna Dabney, Michael Jackson)

 

Charlie Parker & Dizzie Gillespie - Hot House (Tadd Dameron) live 1952 !


envoyé par BoleroSonambulo.

 

Musica Nuda - Come together (reprise des Beatles assez rock mais juste pour le plaisir ;-)) live@France2

 

Tout ça peut aussi se discuter... notamment sur l'utilité d'un rangement de ces musiques dans une case « genre »... Et non, M***e, si vous avez eu le courage de supporter tout ce laius, toute cette "bra***tte" intellectuelle, je tiens à vous dire merci car j'ai mis du temps à écrire ce babillage... Mais j'espère aussi et surtout que vous en avez profité pour écouter les vidéos.

 

Car si les puristes ont tendance à répudier cette frange du Jazz vocal qui est populaire, ça n'en reste pas moins du Jazz dans les codes. Il lui faut reconnaître l'avantage de permettre de faire découvrir cette musique légèrement en décalage avec son époque aux non-jazzophiles ... Et surtout la popularisation le fait vivre !

 

La musique est toujours une affaire de goût et s'écoute avec les oreilles et non les yeux... Elle nous émeut... ou pas, et pis c'est tout !  

Ca se saurait  si on se contentait de juger la qualité d'une musique à partir de l'harmonie des instruments, des voix, de la justesse, du jeu ou du respect du tempo ; il faut aussi les battements du coeur... L'émotion, ça ne se discute pas !

 

 

Nina Simone - I wish I knew how it would feel to be free (Billy Taylor & Richard Lamb) live@Montreux Jazz 1976

 

I wish I knew how it would feel to be free paroles :

I wish I knew how
It would feel to be free
I wish I could break
All the chains holding me
I wish I could say
All the things that I should say
Say 'em loud say 'em clear
For the whole round world to hear
I wish I could share
All the love that's in my heart
Remove all the bars
That keep us apart
I wish you could know
What it means to be me
Then you'd see and agree
That every man should be free

I wish I could give
All I'm longin' to give
I wish I could live
Like I'm longin' to live
I wish I could do
All the things that I can do
And though I'm way over due
I'd be starting a new

Well I wish I could be
Like a bird in the sky
How sweet it would be
If I found I could fly
Oh I'd soar to the sun
And look down at the sea
Than I'd sing cos I know - yea
Then I'd sing cos I know - yea
Then I'd sing cos I know
I'd know how it feels
Oh I know how it feels to be free
Yea Yea! Oh, I know how it feels
Yes I know
Oh, I know
How it feels
How it feels
To be free

 

 

Publié dans Musique & Découvertes

Commenter cet article

Astrid 07/05/2010 15:59



Très belle note sur le Jazz ! Merci Mules :)


Cela dit, le Jazz comme d'autre musiques évolue, digère et se transforme au contact des autres musiques et de son environnement. Le plus important est que ce "genre" conserve l'émotion, le
profondeur, l'ingéniosité des improvisations ...


Le Jazz contemporain n'a plus rien à voir avec celui des années 50, et on garde toujours un souvenir nostalgique de cette époque. Tous ces grands du Jazz ont permis à ceux d'aujourd'hui d'en
donner une version différente mais qui l'a fait grandir. Populariser une musique, ce n'est pas forcément la dénaturer ...


Je suis comme A, j'adore Ibrahim Maalouf, il a su inventer son propre style qui n'a rien à envier à un Duke ou à un Count, c'est juste différent.


Tant que la musique, toutes les musiques existeront, garderont une qualité, une émotion qui nous touche et seront accesibles au plus grand nombre, c'est ce qui reste le plus important,
finalement.



MuLes 07/05/2010 17:27



Ah Astrid, ça faisait longtemps ! Heureuse d'avoir de tes nouvelles.


Bon ben finalement, tu es d'accord avec nous ! :-)


Vive le Jazz ! Vive le Jazz nourri par les jeunes et les vieux et les autres genres musicaux...


Vive les émotions musicales !


Vive ce blog ! ;-) Ce n'est pas ici qu'on s'écharpera à coups de remarques snobinardes et élististes sur le Jazz...


A bientôt sur le blog !


Bises !



cecilemy 05/05/2010 22:12



Merci Mules pour ce merveilleux article:-) Très passionnant!!



MuLes 06/05/2010 12:36



de rien ;-)


 



A 01/05/2010 19:58



Tout à fait d'accord avec toi sur le métissage et les fusions! C'est justement pour ça que j'ai cité Ibrahim Maalouf par exemple. Son mixe de jazz, d'electro et de funk est tout simplement
magnifique à écouter en buvant un vin rouge au coin du feu en hiver...^^


On peut ajouter Herbie Hancock et Toots Thielemans aussi! Ce sont des gens qui jouent d'une façon contemporaine, mais sans renier leurs origines. Je vais peut-être choquer en disant ça, mais les
Blancs ont enlevé au jazz ce que les Noirs lui avaient offert: le swing, les tripes, le coeur, l'âme, la passion... (Evidemment, il y a des exceptions, qui confirment la règle)


Des artistes comme Cullum, Kent, Gardot,etc permettent justement de populariser le jazz. Monsieur et Madame Tout le Monde, qui écoutent en général RTL, et qui entendent Melody Gardot sur les
ondes. S'ils aiment bien, alors que d'habitude ils sont fan de Patriiiiiick, et bien c'est gagné!


MuLes, tu crois qu'on pourrait disserter sur la chose un jour? Disons autour d'un vin rouge, au coin du feu, avc Ibrahim Maalouf en fond sonore? :)))



MuLes 06/05/2010 12:36



vin rouge ou autre...


Mmmm, boire un p'tit Sauternes et picorer des toasts au foie gras en écoutant Ibrahim Maalouf et ses musiciens qui jouent devant nous... J'aurai du mal à discuter... ;-)



karine 01/05/2010 08:55



je n'ai pas le tps de répondre plus en "profondeur".. et pis c'est nun débat qui prendrait des heures;;


Je te remercie juste, MuLes, pour le tps que tu as passé sur cet article et aussi pour ces vidéos de malade.


Et aussi pour dire que, perso, Melody Gardot (Jazz ou pas Jazz... mais quoi alors??) est plus que sensationnelle!


Merci MuLes 



MuLes 01/05/2010 09:32



Tu as raison ; le débat prendrait des heures. Autant se retrouver tous autour d'un verre pour en discuter... :-)


Mais alors je préfèrerai passer la nuit à écouter du Jazz plutôt :-)


Quant à Melody, je confirme. Euh, disons que sa musique et sa voix sont tout à fait à mon goût... au cas où vous ne l'auriez pas enrore compris... ;-))))


Merci à toi pour ta participation ;-)


A bientôt sur le blog ! :-)



grunf 30/04/2010 12:06



Oh le bon vieux débat sur l'identité du jazz ! Eric Besson, sors du corps de MuLes ! :-))))


Je reviendrais peut être faire un commentaire "sérieux" quand j'aurais le temps... ton article est intéressant en tout cas.


 



MuLes 01/05/2010 09:07



Ahahahaha ! Dés que j'ai lu ton mail, j'ai dû aller me laver, frotter ma peau à la pierre ponce, me faire un lavage d'estomac, aller voir un exorciste, me faire désataniser pour essayer
d'extirper les poussières de Besson qui s'étaient éventuellement glissées en moi ! ;-)))))


(J'ai même hésité à aller me faire faire un lavage du cerveau, mais en utilisant celui-ci je me suis rassurée... Il y a une grosse différence entre lui et moi, entre sa politique et ma vision du
Jazz... Même si je lance un débat, je ne suis pas prête à imposer une interdiction pour faire respecter une notion basée sur la liberté. Je ferme la parenthèse !)


Intéressant, je ne sais pas... Sujet qui m'intéresse, c'est sûr. Mais j'ai juste effleuré le sujet, le prenant par le "bout" le plus saillant" : le jazz vocal et populaire que
défend Manoukian et que souvent les puristes Jazz dénigrent... Tout en posant effectivement la question de l'identité du Jazz.


Je serais ravie d'avoir ton avis sur la question... :-)