Interview d'Emilie Satt

Publié le par MuLes

Sur ma lancée, après l'interview de B.S., de Benjamin Farrugia et d'Aurélien Barbolosi, j'ai eu envie d'y regoûter...
Au cas où vous de l'auriez pas compris, j'ai eu un véritable coup de coeur pour la musique d'Emilie Satt et je n'hésite donc pas à en faire la promotion. Peut-être est-ce uniquement pour cette raison, ou parce qu'on l'a découverte sur ce blog alors on a envie de la prendre sous notre aîle, et parce que l'interview (même par mail) j'y prends goût ou sûrement parce que la jeune chanteuse mérite d'avoir la parole et d'être plus connue et appréciée...
Alors, voilà, j'ai osé ! J'ai posé des questions à Emilie par mail et elle a accepté de répondre.

Crédit photographique : Frédéric pour le-hiboo.com


M : "Présente-toi rapidement.

Emilie Satt : J’ai 24 ans et je viens de Vence près de Nice.
Je chante, écris et compose dans un style pop-folk. Je fais et joue mes chansons avec mes trois musiciens, François Le Xuan, Benoît Rucheton et Jean-Karl Lucas.
Mon premier mini-album est sorti en mars 09 sur les plateformes de téléchargement. Il s’appelle « 01 ».
Ca c’est fait :)


Publicité TV Love of Pink  - Come Wander with me - Emilie Satt

 

M : Je t'ai entendue pour la première fois mi-janvier 2009 sur LeMouv', invitée par Oxmo Puccino, tu n'avais pas de maison de disques. Maintenant, tu en as une : Limoncello Music label chez EMI ; un E.P. 01 est sorti en téléchargement. Et tu interprêtes la chanson Come Wander with me (une reprise) pour la publicité TV du dernier parfum LACOSTE. Que s'est-il passé en trois mois?

E.S. :
Beaucoup de choses… La pub Lacoste a été importante mais ce n’est pas grâce à cette synchro que j’ai trouvé un contrat en maison de disque. En revanche, cela m’a permis sans aucun doute de pouvoir rencontrer toutes les personnes que je voulais voir. Une sorte de carte de visite. Parmi d’autres, j’ai rencontré Fabrice Nataf, le patron des Editions d’EMI Publishing, qui m’a proposée un contrat d’éditions et qui a lancé Limoncello Music un label digital dont je suis la première signature.
Oxmo Puccino qui m’a découverte sur Myspace il y a 8 mois et qui m’a invitée au Mouv’ en janvier m’a offert sa première partie au Bataclan ! On joue ce soir…
(le concert est passé,  c'était mardi 5 mai)


M : C'est grâce aux premières parties (de Micky Green notamment)? Au passage à la radio? A Internet?

E.S. : Grâce aux rencontres, aux gens qui s’intéressent au projet, qui y croient. Ca passe par des personnes comme Oxmo mais aussi par d’autres moins connues qui s’investissent pour faire un super Myspace, ou pour trouver des dates de concert incroyables. C’est comme une énergie globale, un grand travail commun. En tous cas c’est du boulot !


M : Quelles sont tes influences musicales?

E.S. :
J’ai grandi avec les chansons de Barbara, Nougaro, Montant mais aussi avec Tom Waits, Chet Baker et Ella Fitzgerald. C’est la musicalité qui me plait mais aussi beaucoup les textes. Je suis venue tardivement aux Beatles et à la pop en général. Aujourd’hui je découvre les premiers albums des Clash et j’adore !


M : Quand j'écoute tes titres et notamment Your song, que ça soit dans ton interprétation ou par les arrangements, j'y associe souvent des chansons d'Elliott Smith et c'est un compliment. Est-ce voulu ou juste une impression personnelle?

E.S. : Merci. Mais ca doit être une impression car je viens de le découvrir grâce à vous ! Ca semble plus épuré au niveau des arrangements.


M : Tu composes en anglais. Pourquoi?

E.S. : Je ne suis pas anglaise et je n’ai jamais mis les pieds plus d’une semaine à Londres, ni aux Etats-Unis d’ailleurs. J’ai appris cette langue avec la musique. Quand j’écris, il y a une histoire que je veux raconter, mais il y a aussi des mots choisis pour leur son. Avec l’anglais je m’amuse vraiment, c’est malléable et c’est agréable à chanter. C’est aussi une bonne barrière quand on chante ses propres mots…


M : Comment composes-tu? Comment se déroule le processus créatif?

E.S. : Je n’ai pas de recette mais je dirais que la plupart du temps j’écris un texte et une mélodie en même temps ; dans ma tête seulement car je ne joue pas d’instrument. Je travaille avec un petit enregistreur et je fais écouter ça à mon équipe en décrivant l’univers que j’imagine comme pour Childishness ou YBMM. Parfois aussi j’écris à partir d’une idée d’un de mes musiciens, comme Your Song que j’ai écrite sur une idée de Jean-Karl ou Melo, avec François et Ben.
Ensuite ce sont eux, avec leur oreille et leur talent, qui tissent un univers tout autour. J’y participe aussi mais je suis plus en retrait. J’admire…


 

M : De quoi parlent tes chansons?

E.S. :
J’aime les histoires. Your Song parle d’une fille qui perd la mémoire et qui ne se souvient que d’une chose, la chanson que son homme lui chantait. Childishness c’est ma façon de parler de l’enfance et de sa fin douce-amer, 20 years old raconte ce que peut ressentir une vieille dame qui tombe amoureuse d’un homme de 50 ans sont cadet, YBMM est une partie de mon histoire amoureuse.


M : On entend des instruments plutôt «rares» sur quelques-uns de tes titres? Peux-tu nous en parler?

E.S. : Il y a la mandoline que Jean-Karl et François affectionnent, d’ailleurs sur scène, ils se partagent les titres pour en jouer. J’adore ce son très délicat, les notes qui sautillent au dessus des guitares.
Jean-Karl joue aussi du kalimba qui est une sorte de petit piano à doigt fait de lames de métal fixées sur une petite caisse de résonnance en bois. C’est très rond et aérien.

Benoît quand à lui joue pas mal de Dobro. C’est une guitare assez petite construite avec un résonateur en métal pour amplifier le son. On en joue comme à Hawaï, posée sur les genoux, en slide avec un bottleneck. A la cool…
C'est ça qui nous plait là dedans, c’est que tout est acoustique. On s’est demandés si on ne jouerait pas sur scène avec des sons pré-intégrés dans un ordinateur ; on voit ça souvent aujourd’hui. Mais on a préféré rester sur de vrais instruments, justement assez rares. C’est aussi ca que j’aime. En concert les gars changent sans cesse d’instruments et c’est très vivant.

 

M : Vas-tu travailler avec Oxmo Puccino dont tu fais la première partie le 5 mai prochain (le concert est passé) ?

E.S. : Le vent nous portera ! Si l’occasion se présente pourquoi pas. Ca n’est pas prévu aujourd’hui.

Crédit photographique : Frédéric pour le-hiboo.com


M : Le Hip-hop t'attire-t-il?


E.S. :
Si je dis qu’Oxmo Puccino est le seul rappeur français que j’ai jamais écouté, vous me croyez ? Je l’ai découvert avec le Cactus de Sibérie et depuis je le suis. Le Lipopette Bar était un pari très osé et réussi. Son nouvel album aussi d’ailleurs ; et toujours avec de vrais instruments ! Mais Oxmo est un cas à part. C’est un philosophe…



M : Qu'est-ce que tu écoutes en ce moment ?

E.S. : J’écoute Sophie Hunger ! Elle me donne des frissons avec ses ballades au piano. Ecoutez-là et surtout, allez-la voir ; elle est incroyable et ses musiciens aussi. Elle joue aux Bouffes du Nord bientôt je crois. (le 24 juin prochain)
Sinon dernièrement je suis tombée sous le charme des
Fleet Foxes.



M : Quelle est la prochaine étape? A quand l'album en tant qu'objet? Y-a-t-il des concerts de prévu dans toute la France?

E.S. : A court terme, la première partie d’Oxmo ce soir au Bataclan (le concert est passé,  c'était mardi 5 mai), normalement celle d’Ariane Moffatt à la Maroquinerie le 19 mai, le Nice Jazz Festival Off et un concert en Corse en juillet.
Il y a aussi un film avec Mathilde Seigner et Bernard Campan qui est très joli et qui sort en juillet. Je chante sur la B.O. Ca s’appelle "
Une semaine sur deux" et c’est un film d’Ivan Calbérac.
Sinon, toujours avec la même équipe, je prépare des titres pour un premier « vrai » album. On prend notre temps…

Son myspace : http://www.myspace.com/emiliesatt


Interview publiée d'abord et sous une autre forme sur LePost : http://www.lepost.fr/article/2009/05/04/1522329_le-conte-de-fee-d-emilie-satt.html




Publié dans Musique & Découvertes

Commenter cet article

Amandla 11/05/2009 01:16

Elle est sympa!
elle aussi travaille et s'entoure en gardant les pieds sur terre, c'est cool j'trouve.
j'suis assez impressionnée par son "amour" des rencontres et du partage avec ses musicos, elle en parle plus comme le membre d'un groupe que comme une chanteuse solo accompagnée de musiciens, de plus j'adore j'adhère complètement à sa philosophie des "vraies" instruments en live.

enfin voilà, cétait génial de la découvrir sur ce blog, et c'est encore mieux de la suivre grâce à ce blog.
j'ajouterai juste que ça se voit que tu as grave bossé ton dossier! aaah quand MuLes aime... =)))

MuLes 11/05/2009 02:12


Eh ouais, Mules, quand elle aime, elle ne compte pas.
C'est un blog sur Benjamin Siksou, hein ! Je le sais ! J'en profite... Et je ne parlerai plus d'Emilie Satt avant longtemps je pense, sauf cas de force majeure : si elle fait la première
partie de Benjamin en concert ou s'ils font un duo ensemble... ;-))))))))))))))))