Trois notes de Blues : B.B. King

Publié le par MuLes


Originaire du Mississipi, Riley B. King ou Beale Street Blues Boy pour les mélomanes a commencé sa carrière musicale dans les années 40 à l'époque où il était Disk-jockey.


En 1949, B.B. joue sur scène ; une bagarre éclate entre deux hommes au sujet d'une femme, Lucille. Ils renversent un bidon de kérosène qui met le feu. Dans un premier temps, B.B. fuit la salle enflammée, avant de se rendre compte qu'il a oublié sa guitare à l'intérieur. Il court alors chercher le précieux instrument et la récupère in extremis. Il décida alors d'appeler sa guitare, une Gibson, Lucille.



Son premier succès Three O'clock Blues (1952) préfigure tous ceux qui suivront : You Know I Love You, Woke Up This Morning, Please Love Me, When My Heart Beats like a Hammer, Whole Lotta Loving, You Upset Me Baby, Every Day I Have the Blues, Sneakin' Around, Ten Long Years, Bad Luck, Sweet Little Angel, On My Word of Honor et Please Accept My Love. Beaucoup de ces titres se placeront dans les charts, et certains dans les meilleures places. Mais The Thrill is gone (1969) reste son hit le plus mémorable.

 

BB KING - The Thrill is Gone Live '91 


B.B. King - Everyday I have the blues


BB King - How Blue Can You Get Live


B.B. King - Sweet Little Angel Live



Reconnu comme un des meilleurs guitaristes de Blues au monde, il a aussi obtenu plusieurs Grammy Award du Meilleur disque de Blues traditionnel. Ce n'est pour rien qu'il s'appelle le "King".
B.B. King a joué avec et a influencé les plus grands noms du Rock et du Blues : les 
Rolling Stones, U2 avec lesquels il joue When Love Comes To Town sur leur album Rattle and Hum et Eric Clapton avec lequel il enregistre l'album Riding With the King (2000). Ce qui le remet sur le devant de la scène.



B.B. King/Eric Clapton/Buddy Guy/Jim Vaughn - Rock Me Baby Live

U2 & B.B. King - When Love Comes To Town Live



En 2006 et dans le monde entier, il a lancé sa tournée d'adieux (enfin pas tout à fait). Lors du  Montreux Jazz festival il s'est produit sur scène avec Joe Sample, Randy Crawford, David Sanborn, Gladys Knight et Barbara Hendricks entre autres.



B.B. king & Gladys night - Please send me someone to love Live

Son dernier album sorti en 2008 One kind favor est une réussite. Voilà ce qu'en disait le magazine Rolling Stones en décembre 2008 :

"Back to the roots : ce plan là, d’autres l’ont fait avant lui. Mais BB King est évidemment d’une toute autre trempe.

Quelque chose comme le Mississipi des douze bonnes vieilles mesures, pas moins. Son One Kind Favor sonne comme un authentique disque des années 50, vintage jusqu’au moindre bruissement de balais, jusqu’à la moindre caresse de contrebasse. Une idée du producteur T-Bone Burnett, à qui l’on doit entre autres, le magnifique Raising Sand de Robert Plant et Allison Kraus. Pas de fioritures inutiles, ni d’invités de luxe : juste le grand Dr John au piano, deux sidemen réputés - le batteur Jim Keltner et le bassiste Nathan East-, une section de cuivres et Lucille... qui n’avait pas sonné comme ça depuis des lustres. See My Grave Is Kept Clean de Blind Lemon Jefferson donne le ton. Dans le studio, tout le monde joue live. Même quand l’ambiance tourne club, tous cuivres dehors, façon Thrill Is Gone, le temps d’un Get These Blues Off Me typique de son style Wescoast.

A 83 balais, BB, le dernier des géants, revisite les standarts en mood nostalgique, rendant au passage hommage aux musiciens qui l’influencèrent à ses débuts, T-Bone Walker (I Get So Weary) ou Lonnie Johnson (My Love Is Down) : en ces instants de magie pure, toute l’âme du blues exude de la voix du King, majestueuse comme jamais, Lucille s’envole sur les cuivres de How Many More Years, puis se glisse, paresseuse, sur Blues Before Sunrise, avant ce final majestueux avec un Tomorrow Night d’après minuit, cool et presque jazzy, goutelettes de piano et solo de sax en prime. Tout comme son Riding With The King gravé en compagnie son disciple Clapton, One Kind Favor est à ranger d’urgence à côté des grands classiques de BB King."


Il est sans aucun doute le plus populaire des Bluesmen, peut-être grâce à sa longévité, mais sûrement car il est celui qui a démocratisé le Blues.



Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/B._B._King ; http://rollingstone.fr/BB-KING_319.html?decoupe_recherche=B.B.%20King ; http://www.unplugged-cafe.org/index.php/B.B._King ; Jiwa  ; Youtube

B.B. King - Three O'clock Blues Live


Publié dans Musique & Découvertes

Commenter cet article