Sick with jealousy : Seasick Steve

Publié le par MuLes

Que dire de cette apparition, mix d'un ex-taulard, d'un cheminot et du Père Noël jouant du Blues ou sosie en beaucoup plus vieux de Hugh Coltman.
C'est un bluesman d'origine californienne mais il préfère le terme de  "song and dance man", car il se considère comme un showman et qu'il aime à mélanger à son Blues : Rock, Folk, une pincée de Country... et savourer...

En plus de la guitare acoustique et de la "classique" guitare électrique, ses instruments de prédilection sont la Three-String Trance Wonder (une guitare électrique "normale" mais qui n'a que trois cordes), la One-Stringed Diddley Bow (guitare à une seule corde faite spécialement pour lui) et la 'MDM' (Mississippi Drum Machine) : la fameuse boîte en bois qui lui sert de percussion.
Après avoir fait de nombreux petits boulots et croisé la route de Janis Joplin, Joni Mitchell et Tommy Johnson, il a finalement rencontré le succès dans la musique à l'âge de 70 ans. 

Il a sorti son dernier album en  2008 : Album de la semaine Canal + I Started Out With Nothin And I Still Got Most Of It Left qui contient en fait deux disques, plus de 20 pistes et quelques pépites dont un monstrueux blues-rock Saint Louis Slim ...

Guitare à 3 cordes, tapant du pied sur une boîte ou juste accompagné d'un batteur venu du froid lui aussi terrible, en scène, il vous donne la chair de poule (de la poule from Mississipi).

Seasick Steve - St Louis Slim Live



Seasick Steve - Started Out With Nothin


Seasick Steve - Chiggers


Seasick Steve - Walking Man


Avant cet album, il a sorti en  2006  Dog House Music qui contient aussi quelques perles dont un excellent Dog House Boogie (vidéo en bas dans l'article) et l'album Cheap (2004).



Seasick Steve - Cut my wing

http://www.myspace.com/seasicksteve
http://www.seasicksteve.com/ 

Sources : Canal+, Wikipedia, Youtube, Dailymotion



Quelques web-articles  sur le phénomène :

http://www.blogotheque.net/Seasick-Steve,4552
http://www.le-hiboo.com/6901

Seasick Steve: "Fuck the blues!"

seasick_steve.jpg 

Après avoir passé quatre jours cloué au lit, grippé, Seasick Steve, 68 piges quand même, avait envie d’en découdre hier soir sur la scène de la Maroquinerie. On sentait toutefois que le bonhomme était en petite forme. Heureusement, le vaccin maison (antibiotiques + Jack Daniels) a fait son effet et le paquebot SSS a trouvé son rythme de croisière. Je revois encore le guitariste fendre la salle surpeuplée de la rue Boyer tel Moïse ouvrant la Mer Rouge. Un grand moment.

Il y a plusieurs façon de présenter Seasick Steve.

D'abord, ne dîtes pas que c'est un bluesman. Il n'aime pas ça et vous balance à la figure "Fuck the Blues". Steve prend du rock, de la country, du blues, du boogie et tanne le tout pour en faire des chansons. Par contre, "Steve, you rock!", ça oui, vous pouvez le dire.

Avec sa barbiche de trois pieds de long et son implacable sens du booggie, SSS est en quelque sorte le frère caché des ZZ Top. Un frangin kidnappé à la naissance pour être élevé par une bande de vagabonds.

Steven Gene Wold, pour l’état civil californien, est un showman de première bourre. Capable à la fois d’embraser la salle de la rue Boyer avec ses riffs endiablés et dans la foulée d’imposer un silence de cathédrale pour livrer un blues à faire chialer Vladimir Poutine.

seasick mojo feat2.jpg

Seasick Steve vit dans un autre monde, loin de la hype. Son costume de scène (le même qu’à la ville) : Salopette + t-shirt blanc sans manche + tatouages de camionneurs + casquette élimée estampillée John Deere + chemise à carreaux emprunté à Kurt Cobain + barbe poivre et sel + guitare à trois cordes (oui, oui) + batteur norvégien à toison d’or. Sur le t-shirt de Dan Magnusson, l’homme derrière les fûts: « Play fast. Life is short ». On n’a pas trouvé mieux comme devise.

Le natif d’Oakland a quitté le domicile familial à l’âge de treize ans pour mettre le plus distance possible entre lui et son beau père, un vétéran de la guerre de Corée : «  Soit je partais, soit je le butais ».

Le petit Steve a fait son choix. Il est devenu un hobo, un type sans domicile, voyageant à bord des trains de marchandises, sa guitare pour seule compagne. Il a connu mille vies et exercé autant de petits boulots, traversé les Etats-Unis de long en large, croisé Janice Joplin à San Francisco dans les années 60, épousé une norvégienne dans les années 80, eu 5 enfants, rencontré Kurt Cobain aux débuts de Nirvana, déménagé 59 fois en 27 ans, fait une crise cardiaque… Et puis, à plus de 65 ans, la reconnaissance du public, enfin, après un passage télé en Angleterre chez Jools Holland (Merci Jools)


A se demander, si, comme Robert Johnson, Seasick Steve n’a pas signé un pacte avec le diable.

PS 1 : J’ai eu la chance de rencontrer le Monsieur il y a 10 jours. J’ai passé près d’une heure dans sa chambre d’hôtel en sa compagnie. Benjamin a filmé la rencontre. Vous verrez Steve nous raconter sa première venue à Paris, en 1972. Sans un sou dans sa poche de salopette, il avait pris sa guitare et joué dans le métro.

PS 2 : On devait tourner une session acoustique avec Steve la veille de son concert. Avec sa grippe carabinée, le live est tombé à l’eau. Ce n’est que partie remise. En attendant, vous pouvez retrouver la sublime vidéo réalisée par la blogothèque.


Seasick Steve - A Take Away Show - Part 1 from La Blogotheque on Vimeo.

Source :
http://blogs.lexpress.fr/judebox/2009/02/seasick-steve-fuck-the-blues.php

Publié dans Musique & Découvertes

Commenter cet article

A. 28/02/2009 14:46

Il a plus d'énergie que moi -_-
Il envoie directe au fond fond du sud des Etats-Unis, bref c'est excellent
J'aime particulièrement "cut my wings" =D

dis moi, ne serais-tu pas une habituée de "L'Album de la Semaine"? (vu que justement il y passait cette semaine...)

MuLes 28/02/2009 17:13


Non, je ne suis pas une habituée de L'album de la semaine, j'suis tombée par hasard sur une rediffusion sur le satellite.
J'aime aussi beaucoup Cut my wings ; mais j'ai immédiatement accroché à St Louis Slim, la version de L'album de la semaine est
volcanique. Mais, j'écoute tous ses morceaux ; c'est trop bon !!!

A bientôt sur le blog !


LOLA 28/02/2009 13:58

Incroyable ce personnage !!
Connaissais pas et là j'dois dire impressionnée par son parcours.
C'est atypique de nos jour : on consomme plus " du jeune apprenti star " que du " bohémien barbu soixantenaire ".

MuLes 28/02/2009 17:09


Je ne te le fais pas dire! Même s'il est maintenant dans le showbusiness, le personnage n'est pas vraiment "vendeur" à la base. Quant à sa musique, ben, ça fait du bien et c'est plus que vendable
!

A bientôt sur le blog !