28/08/2013 : Benjamin Siksou à La flèche d'or par Astrid

Publié le par MuLes

Gros morceaux choisis de l'excellent debrief d'Astrid sur AieTVblog.com (merci à elle) :

 

"Benjamin Siksou, je le suis depuis plusieurs années déjà, patiemment sur les petites et grandes scènes parisiennes, au Café de la Danse, au Duc des Lombards, à la Bellevilloise, au Bus, au 114, à l’Alhambra, au China, même sur une péniche ( revoir le live report ici) et j’en passe, avec ou sans ses « potes » de scène (Sacha Page, Aurélien Barbolosi, HornDogz, China Moses, etc…). Je fais partie des fidèles (avec d’autres avec lesquelles j’ai noué de solides amitiés), qui suit cet incroyable artiste qu’il est depuis qu’il a terminé ce fameux télé crochet où il a bien fait de ne pas gagner. Comme je le dis souvent, Benjamin Siksou est un artiste diesel.

Il a pris le temps de composer ses titres en français, qu’on a fini par apprendre par cœur en assistant régulièrement à ses concerts. Il a douté aussi sur les chemins à prendre, alors qu’il est porté par une immense base de fans qui l’accompagnent quoi qu’il fasse. Il est passé par la case du Blues, de la Soul et du Jazz qui fait partie de ses solides influences, qui coule indéniablement dans ses veines et qui nous touche directement au cœur quand il nous fait partager ses artistes favoris (Bill Withers en tête de file) qui ne datent pas d’hier. Ce n’est pas par hasard qu’il a été la révélation Talent Sacem Jazz 2010. C’est aussi probablement, le Benjamin Siksou que je préfère dans la langue de Shakespeare, même si en version française dans le texte il n’est pas mal non plus."

P1260816

"Pourtant sur cette scène de la Flèche d’Or à peine éclairée, il vient seul avec sa guitare acoustique, installe sa setlist, et se plante devant le micro comme un vieux routard de la scène qu’il est devenu en entamant directement son répertoire en français. [...]. Benjamin est plutôt content de ce contexte et le dit au public. Point de timidité dans ce set acoustique d’une trentaine de minutes qui nous donnera un bel aperçu de ses compos originales en français et deux titres de blues américains pour terminer. Il démarre par le titre « J’aurai du mal », une jolie ballade en guise d’apéritif plutôt plaisant à déguster. Puis, il interroge le public sur le titre de la prochaine chanson « moitié mec, moitié légume », en rappelant le titre de Gainsbourg « l’Homme à la tête de chou » (une personne lui répondra, à sa grande surprise) pour annoncer sa propre interprétation d’une nouvelle chanson « L’homme à la tête dans le cul ». Ne soyez pas offensé par le titre car contrairement à ce qu’il évoque cette chanson est une vraie tuerie. J’aime ce coté décalé assumé de cette chanson jazzy à souhait, qui démontre que Benjamin Siksou est aussi un super auteur dont les mots claquent, sont à double sens, voire autobiographiques sur les bords. « Il est temps de lever l’encre et le rideau rouge » comme il le dit si bien pour embarquer dans son set.

P1260806

Joli applaudimètre pour cette chanson de la part du public présent. Ensuite, je reconnais les premières notes de « Tombé du Camion », dont l’intro et le rythme me font toujours penser au titre « Vertige de l’amour » d’Alain Bashung (dont je sais qu’il est un fervent admirateur) toujours aussi enlevé, rythmé même avec sa simple guitare, il fait enfin bouger la Flèche d’Or et la sort de sa torpeur. Une belle entrée en matière qui sera suivie par quatre autres chansons toujours en français. Le titre « Indélébile », « qui va bien avec l’ambiance » selon Benjamin Siksou qui déride le public qui l’accompagne gaiement en clappant des mains, puis par de simples claquements de doigts, qui donne une belle dimension à cette superbe chanson. Du coup, Benjamin Siksou se lâche carrément, pour notre plus grand plaisir. Un bon et vrai triomphe pour ce titre très applaudi à la fin.

« Dans cette grande flaque, noire de monde, où je me ballade un peu comme tombé dans les pommes, je prends une claque à chaque seconde …. Il faut que je me défoule », impossible de ne pas reconnaitre « Défoule » le nouveau titre mis en avant par Benjamin Siksou pour annoncer son prochain premier vrai album à paraître on l’espère très bientôt. J’aime bien cette chanson, où on sent qu’il y a mis ses tripes et qui semble largement autobiographique. Le prochain morceau s’appelle « Radars » annonce de façon très gouailleuse Benjamin Siksou, qui parle selon lui de jalousie. Stupeur de ma part. Je fais encore plus attention aux paroles de la chanson pour comprendre que ce titre est volontiers trempé dans une plume acérée. Benjamin ne peut plus s’arrêter et est complétement investi dans son set.

P1260782

Il enchaîne sur une vieille chanson comme il le dit lui-même, l’occasion aussi de vérifier s’il y a des fans de la première heure dans la salle. Vu la réponse, elles se comptent sur les doigts d’une main et c’est plutôt rassurant de voir qu’un autre public découvre Benjamin Siksou ce soir. Une chanson sur la contemplation donc avec ce « Décor » qui m’envoie directement au Café de la Danse où je l’ai entendue pour la première fois en 2009. C’est dire le chemin parcouru. Elle me fait toujours autant d’effet et je dodeline de la tête comme Benjamin sur sa guitare.

Vient enfin le moment tant attendu du concert. Il annonce qu’il en a fini avec son répertoire en français et explique au public son projet personnel « Valise Blues » qu’il va jouer en Avignon pendant le mois de Juillet. Il indique qu’il va interpréter essentiellement des reprises de compositeurs méconnus (du grand public) de Jazz et de Blues, et il nous fait le cadeau (je pèse bien mes mots) de nous interpréter deux titres de Robert Johnson [...]

Il ne fait aucun doute pour ma part que Benjamin Siksou est « fait » pour ce répertoire qui sied si bien à sa voix. Même si le public décroche un peu sur la fin, le silence est tout de même de mise pour écouter religieusement ce magnifique « Love in vain » tellement prenant, superbe, qu’on se croirait retourné pendant un moment aux Etats-Unis dans un vieux bouge avec le ventilo au-dessus de la tête (d’ailleurs celui de la salle tourne à fond). Mon ventre se noue. On continue sur la lancée sur le jouissif « Rambling on my mind » (visible sur ce lien) plus accessible et sur lequel le public clappe des mains de bon cœur. Autant vous dire que je jalouse déjà ceux qui le verront se produire cet été à Avignon quand j’entends ces deux reprises brillamment interprétées par un Benjamin Siksou au top de sa forme."

Benjamin Siksou - Rambling on my mind (Robert Johnson cover) live @ La Fléche d'Or - 28.06.2013 by AieTV blogcom

 

 

Benjamin Siksou - Love in vain (Robert Johnson cover) live @ La Fléche d'Or - 28.06.2013 by AieTV blogcom

 

Lire le reste ici

Plus de photos

Crédits photographiques : Astrid Souvray

Source : http://www.aietvblog.com/article-joe-bel-et-benjamin-siksou-la-fleche-d-or-live-report-et-retour-photos-118827241.html

  

 

 


Publié dans Benjamin's Concert

Commenter cet article

karine 11/07/2013 06:55


Merci Astrid!