Rock and Folk and Ben

Publié le par MuLes


On retrouve dans le dernier
Rock&Folk (n° 498 de Février 2009) une interview de Benjamin Siksou dans la rubrique "Mes disques à Moi". Trois pages d'interview, deux photos et la preuve, si on ne le savait pas encore, de sa monstrueuse culture musicale. En voici quelques extraits :


Le jeune finaliste de Nouvelle Star avait laissé entrevoir ce que révèle cette interview : une érudition soul, jazz et rock peu fréquente.
Deux platines vintage, des guitares, des vinyles et des CD partout et même un siège en forme d'ampli. Non, il ne s'agit pas d'une mise en scène pour accueillir Rock&Folk. Quiconque a regardé la Nouvelle Star la saison dernière se souvient des choix pas toujours évidents de Benjamin Siksou. Passionné de jazz, de soul et de blues, il a semé la panique chez les instances dirigeantes de la petite chaîne qui monte en reprenant Bashung ou Donny Hathaway en prime time. Depuis la fin de l'aventure, il travaille sur son premier album, mais pas que. Il incarne également le Largo Winch jeune dans le film du même nom et ne compte pas s'arrêter là sur grand écran, dès lors qu'il lui reste du temps pour ses fouilles archéologiques chez les disquaires. Car pendant que ses copains téléchargent, Benjamin achète des vinyles. Les écoute en boucle, les décortique, les organise mentalement comme des pièces d'un puzzle. "Je vois tout cela de façon chronologique, j'ai besoin de connaître les années de sorties, de replacer les morceaux dans l'histoire de la musique." On croyait rencontrer un aspirant star. On se retrouve face à un historien. Qui s'en plaindra ?

R&F : Premier disque acheté ?
BS :
Une compilation de John Lee Hooker. Je suis de la génération best-of. Avec ce disque, je découvre tout le blues de John Lee Hooker. Aujourd'hui, je peux analyser pourquoi j'ai été choqué à ce point. Ce sont des enregistrements hyper simples, juste guitare, voix et lui qui tape du pied mais c'est plus fort que n'importe quel beat de hip hop. Cette simplicité m'a touché au coeur et m'a donné envie d'explorer le reste du blues, de voir son évolution et la sienne, parce qu'il a joué des choses comme "Boom Boom", un morceau qui m'a marqué. J'ai continué mes découvertes avec la BO des "Blues Brothers" où il y avait toute la clique : Aretha Franklin, James Brown, etc. A la base, ce sont les voix qui me plaisent, le côté gospel, les chants qui montent vers le ciel. La voix de Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, les standards du jazz parce que je n'écoutais pas de rock au départ.

...

R&F : Internet intervient dans les recherches ?
BS : Je me suis basé sur un peu tout. Entre-temps, mon disquaire a fermé parce que ça ne marchait pas et a été remplacé par un magasin de fringues qu'on insultait dès qu'on passait devant. J'ai utilisé Internet, j'ai passé des heures à télécharger, mais ça n' a jamais été une obsession. J'ai besoin de posséder l'objet, le disque. Ça m'angoisse d'avoir un truc impalpable. Je me suis trouvé d'autres disquaires. Dès que j'avais un peu d'argent, ça passait en disques et ça n'a pas changé.


...

R&F : Au lycée, c'est quoi la lutte ? Nirvana contre Pearl Jam ?
BS : On ne s'engueule pas sur la musique, c'est le problème. Même si Nirvana avait déjà disparu, on écoutait le "Unplugged". Je peux dire que j'ai appris la guitare la guitare en jouant " Where did you sleep last night".

R&F : Stones ou Beatles ?
BS : Je prends plus de plaisir à écouter les Stones et en même temps, j'adore me replonger parfois dans "Revolver". Le duel, aujourd'hui, c'est sans doute Arctic Monkeys ou Kooks. Je suis fan d'Alex Turner ! J'ai écouté en boucle pendant deux mois le disque des Last Shadow Puppets.

R&F : Comment réagissez-vous à l'arrivée des Strokes et des White Stripes ?
BS :
Je sais qu'ils ont changé la vie de plein de gens de mon âge. mais j'ai regardé de loin cette révolution. Je me suis penché ensuite sur les albums des White Stripes que j'ai adorés mais au départ, je n'ai pas trouvé ça incroyable. Même chose pour les Libertines.
 

R&F : Ces groupes ont pourtant donné le bug du rock à toute une génération...

BS : Oui, tout a changé, je l'ai vécu de l'intérieur. Je trouvais ça marrant que cette musique redevienne à la mode. Et à la fois, je me demandais qui étaient ces musiciens qui ne connaissaient rien à part Pete Doherty. Ensuite, j'ai trouvé ça bien et intéressant, que ce qui marche, ce sont des mecs avec de vrais compositions qui font avancer les choses. C'est référencé et c'est ça qui est bien ; ils emmènent toute l'histoire du rock avec eux. Ceux qui ont découvert le rock avec ces groupes ne se sont pas arrêtés là et ont eu envie d'écouter ce qu'il y avait avant.


...

R&F : Vos disques de jazz fétiches ?
BS : J'aime le be-bop. "Underground" de Thelonius Monk, par exemple. Je me suis intéressé à la façon dont il déconstruit le blues. Ça me fait penser à Tom Waits disant qu'il joue du funk cubiste. Dans ses albums, on sent qu'il a été influencé par Monk. Ça
me plaît, ces histoires de déconstruction.

...

R&F : Vous regrettez de ne pas avoir chanté certains morceaux à la Nouvelle Star ?
BS : Non, je me suis battu pour "Madame rêve" et j'ai eu gain de cause. C'était vraiment LA chanson que je voulais reprendre en me lançant dans l'aventure. Il y avait des cordes, ça a été un grand kif. Je suis un fan absolu de Bashung. Je le redécouvre au fur et à mesure. Ses albums des années 1990 sont fabuleux, je réécoute depuis peu "Fantaisie militaire" qui mélange tout, qui n'est ni du rock, ni de la chanson. J'aime aussi "L'imprudence", plus hermétique avec de grands arrangements incroyables. Le dernier "Bleu Pétrole" m'a accompagné tout au long de Nouvelle Star. A part ça, j'aurais bien chanté plus de Prince, même si j'en ai repris deux morceaux. Lui aussi, j'ai l'impression que je ne pourrai jamais tout écouter tellement il y en a. J'adore fouiner chez Gibert et dénicher des disques de Prince dont je ne sais pas d'où ils sortent en me disant qu'il y aura toujours une pépite au milieu. Sa musique est indémodable, il m'a réconcilié avec les années 80. Dans notre période fausse nostalgie pour Woodstock, on gerbait sur le son de synthé des eighties, on voulait des guitares, de la wah-wah, de la fuzz, du brut et de l'organique. Et Prince
m'a fait aller au delà du son pour plonger dans sa musique en profondeur, voir ses compositions.

R&F : iPod ou non ?
BS :
J'ai un lecteur mp3 mais je suis trop flemmard pour le charger. J'ai un discman. Je suis vraiment un mec des nineties

...

R&F : Vos projets ?
BS :
Je suis en train d'écrire et composer mon album, ça prend du temps parce que je ne veux pas utiliser d'anciens morceaux. En attendant, je vais donner une série de concerts. Le 6 février, je joue en acoustique la première partie des Shades et le 2 avril, je suis à Bordeaux, le 7 à Clermont-Ferrand, le 8 à Dijon et le 9* au Café de la Danse. On sera trois sur scène, guitare, basse et batterie.

Recueilli par Isabelle Chelley - Photos Fabrice Demessence
Le reste dans le magazine Rock&Folk n°498


* Il doit y avoir une erreur ; partout ailleurs le concert du Café de la Danse c'est le 10 avril 2009.


Voilà, voilà, ce qui me fait plaisir dans cette interview, c'est la folle liste des influences qu'il nomme, même si nous en connaissions déjà une grande partie. Cela me fait aussi dire que je suis soulagée ; je ne le trahis pas quand je fais un article sur ces oeuvres ou ces musiciens qui l'ont marqué... et m'ont marqué aussi drôle de hasard ! Et ça me confirme aussi dans l'idée de vous parler d'autres artistes... Milega et moi avons maintenant du grain à moudre!
Et puis finalement on en apprend un peu plus sur la "formation musicale" lors de ses concerts.

Publié dans Revue de Presse

Commenter cet article

Amandla 19/01/2009 19:32

ARF! j'étais bien parti pour l'acheter, mais je n'avais que 4,5 euro sur moi...quand même putain 5€ le magazine...je veux dire, que l'industrie soit en crise ok, mais ce n'est pas Rock & folk avec ce qu'ils vendent comme exemplaires qui devraient être à ce prix là! même si la qualité ça se paie...

oooh...MuLes et Milega au pouvoir... ça me donne une idée de jeu de mot avec mon prénom mais ce serait un peu trop narcissique non? (en même temps bon...j'suis la mascotte oui ou crotte?)

35 fans c'est considéré comme du succès ou faut-il que j'attende les 50? :p

MuLes 19/01/2009 20:17


Euh attendons un peu... pour le T-shirt MuLes et Milega au pouvoir!!! 50 fans, ça me semble raisonnable  !

A beintôt sur le blog!


Béré* 19/01/2009 13:48

Merciii MuLes d'avOir retranscrit une partie de l'interview!! J'ai pu ainsi savOir qu'il kiffait le même grOupe que mOi!!! =D Ca fait plaisir mais On sait pas pOurquOi!!! ^^

MuLes 19/01/2009 19:18


Mais de rien!
Il y a en effet quelques nouveautés parmi les artistes qu'il cite, un peu plus de rock et moins de soul! Des groupes plus récents et des précisions dans sa manière de se nourrir de
musiques...

A bientôt sur le blog!


Amandla 19/01/2009 10:27

aurais-je un avenir dans la com'? :))))
rien du tout, je peux tout à fait cumuler et je le ferai avec un grand plaisir!!

pas impossible que dans ma lancée je me pointe à Paris avec un t-shirt "MuLes & Milega Representent" =p
(oui je blague...quoique...ça dépendra du succès de votre fan club! ;))))

MuLes 19/01/2009 11:51


Sur les T-shirt, ce serait mieux "MuLes et Milega au pouvoir", (ça c'est le deuxième effet fanclub) et puis tu pourrais en profiter pour vendre les T-shirt et l'argent récolté permettrait de
construire un mausolée à notre gloire... Mais ça, c'est uniquement si le Fanclub a du succès!

A bientôt sur le blog!


Chand 19/01/2009 01:19

C'est marrant, quand julien Doré fait la couverture c'est juste un magazine branchouille et quand benjamin y apparait ça devient une bible musical habité par les plus grands noms du rock. Désolé mais ça m'énerve, j'adore julien il a réussi l'exploit de faire un album à son image, il réussi a chaque apparition à se joué des codes de la télé (il l'a encore prouvé hier soir sur tf1) c'est le seul artiste a pouvoir sortir la chanson française du marasme dans lequel l'ont plongé des personnes comme christophe maé ou n'importe quels chanteurs de rn'b. Tout ça pour dire que vous me décevez d'encenser tout ce que fait benjamin jusqu'à vous contredire alors que votre que votre blog est qualitativement excellent (moi je veux bien des articles sur des artistes proche de l'univers de benji). Donc voila prenez un peu de recul sur ce que fait votre chouchou car tout n'est pas parfait, notamment son jeu de scène souvent anémique malgré ses nombreuses qualités.

MuLes 19/01/2009 12:07


Bon, je vais te répondre même si...
MuLes et Milega sont dans le même bateau. Milega écrit des articles et MuLes aussi. MuLes a son avis sur Rock&Folk, Milega a le sien, bien différent. Milega a un avis sur Julien Doré (et en a
parlé) et MuLes n'en a pas! Enfin, même si Chouchou tombe à l'eau, MuLes et Milega sont bien décidées à rester objectives !!! Mais bon personne n'est parfait !

A bientôt sur le blog.


MascottAmandla 19/01/2009 00:23

pourquoi descencre la vue doit être sympa de là haut :))

alors précision, c'est moi qui est "invité" le Face Offi de Benj(mais pas Mathieu Grelier!) ce qui n'enlève rien à l'exploit parce qu'il est évident qu'il n'accepte pas d'intégrer n'importe quel groupe ;))
(je sentais venir l'escuse "oui mais il ne s'est pas ajouté lui même donc ça ne compte pas vraiment" pour faire désenfler vos chevilles...non non c'est réel, et puis je peux lui demander directement ce qu'il en pense même! je suis cap' hein! :p )

28 fans!! j'avoue que ça ne m'étonne même pas :)))))

MuLes 19/01/2009 00:39


Ah, je me disais aussi! J'vois que tu donnes de ta personne pour faire "gonfler" ton groupe! C'est bien, tu mérites d'autant plus tes titres... Ô Grande prêtresse du Fanclub de MuLes et Milega
et petite mascotte du blog! (tu n'as rien contre le cumul des mandats???)

A bientôt sur le blog!