Une tournée en attendant l'album...

Publié le par milega

Nouvel évènement sur Facebook
"Benjamin Siksou, en attendant l'album, la tournée"

Premières infos :
La tournée se déroulera
du jeudi 2 avril au vendredi 10 avril 2009


(on connaît déjà la date de Clermont Ferrand,
le 7 avril à La Coopérative de Mai)

(dans l'attente de l'annonce des prochaines dates)


Biographie mise en ligne aujourd'hui sur la page Facebook officielle :

Issu d’une famille d’artistes, élevé au milieu de pots de peinture, c'est d'abord en tant que musicien que Benjamin Siksou a arpenté les petites salles parisiennes avec sa guitare. Seul ou avec des groupes à géométrie variable. Autant dans les boites de jazz que dans les concerts de rock. Dans un registre teinté de blues, de jazz et de folk. Le cul entre 3 chaises. Marqué par autant de références que sa culture musicale lui permettait d'avoir.

Il suit le chemin classique : composition, répèt', concert, doute, petit boulot, myspace, doute, fac d’histoire de l’art, écriture, doute.... Pas si classique d’ailleurs, car au même moment, il enchaîne les castings et après 2 ans sans résultats, ce n'aura pas été un directeur artistique mais un agent de cinéma qui le repérera en premier.

Faut dire que le jeune homme, à défaut d'en avoir une grande en interview, avait une vraie gueule à la caméra. D'abord recruté pour tourner dans le film "15 ans et demi" avec Daniel Auteuil, il tournera ensuite dans "Largo Winch" ou il jouera... Largo Winch ... jeune. Oui, car Benjamin a alors 20 ans. 20 ans et un myspace qui attire les oreilles de chasseurs de tête de la Nouvelle Star. La question se pose. D'autres y sont passés sans s'y perdre, pourquoi pas lui ? Le grand public découvre alors un chanteur élégant, à la voix feutrée, au charisme débordant, qui ose. Il revisite les chansons avec une audace et une subtilité convaincante, sans jamais tomber dans la caricature, et toujours avec humilité. Il ne gagnera pas cette finale, mais au fond, est ce que c'était le but ?

Le but ? Gagner du temps sans aller trop vite.
Faire de la musique sans sauter toutes les étapes... ou juste quelques-unes.
Faire des concerts, chercher, se faire (re) connaître, douter, écrire un album, douter, le sortir, faire des concerts....

Publié dans Concerts-festivals

Commenter cet article

anouch 09/01/2009 12:38

J'adore cette bio!!! Je crois pouvoir dire sans me tromper qu'elle lui ressemble....
Souhaitons lui de ne jamais perdre ce doute...celui qui permet d'accoucher des plus beaux projets artistiques...

milega 09/01/2009 14:00


Tout à fait d'accord avec toi... normalement de douter lorsqu'on est un artiste pour moi aussi.

A ce sujet, j'ai lu une ITW de Morali (Syd Matters) et dans le genre, il est pas mall non plus ! :-)
Le doute est inscrit dans le patrimoine génétique de Morali, qui se décrit volontiers comme un anxieux chronique. On a beau lui répéter que Ghost Days est une magnifique
collection de mélodies finement ouvragées, éclairées par des arrangements qui en modifient sans cesse les contours : il raconte avant tout les immenses difficultés qui ont accompagné sa genèse puis
sa réalisation. Non pas qu’il soit homme à bouder méthodiquement son plaisir ; mais il sait combien l’acte créatif est aussi pour lui une intarissable source de troubles et de découragements.
"Les périodes d’enregistrement sont compliquées pour moi, c’est toujours la fin du monde. Dans le groupe, on est cinq mecs bien pénibles et névrosés, qui se posent sans cesse cinquante
questions, parmi lesquelles il n’y en aura qu’une de bonne…Quand tu te retrouves à enregistrer des trucs qui te paraissent nuls, il ne faut pas essayer de rendre ça fun, mais comprendre pourquoi tu
ressens les choses comme ça. Il faut élaguer, enlever le superflu, avancer à tâtons, jusqu’à ce que ça paraisse juste. Je n’ai pas beaucoup réécouté Ghost Days, mais je sais au moins qu’il est
profondément sincère : quand tu n’as aucun repère, c’est bon de pouvoir s’accrocher à celui-là. Si Ghost Days est mal perçu et accueilli, je serai sûrement triste ou vexé. Mais je peux vivre avec
ça, alors que je ne pourrais pas vivre avec l’idée de ne pas exprimer des choses sincères. J’ai choisi mes priorités."

Et plus loin :
Toutes les chansons de ce disque ont été composées dans des moments particuliers, que j’appelle justement les "jours fantômes". Quand je compose, je me retire dans mon appartement, je ne réponds
plus au téléphone et je perds toute notion du temps : je peux me relever à 3 heures du matin pour écrire une chanson. Je voulais témoigner de ça, évoquer ces heures supplémentaires qui semblent
s’immiscer dans le cours habituel du temps. Les chansons dont je suis le plus satisfait, ce sont d’ailleurs souvent celles où je me reconnais le moins, où quelque chose a échappé à mon contrôle.
Comme si un fantôme avait travaillé pour moi…"







Amandla 08/01/2009 19:13

ouaiiiiiiiiiiiiii!!!!
je me réjoui peut-être un peu vite, mais s'il ne passe pas par la future capitale européenne de la culture, pas impossible que je fasse grève. =))

milega 08/01/2009 23:31


Marseille in da place inch'allah !!!!!!


cecilemy 08/01/2009 14:57

Très beau début de parcours artistique, intéressant, passionnant...A suivre de près pour la suite!!!

milega 08/01/2009 23:30


J'adore cette bio ! Comme quoi, on l'avait bien cerné le chouchou !
Rien de surprenant... Juste un texte touchant !